Archives de catégorie : Développement personnel

Le coaching philosophique, plus fort qu’un RV chez le psy !

J’ai passé une heure et demie avec un Socrate des temps modernes, un « accoucheur » de l’esprit.

Dialogue de type socratique

Pour avoir participé à un des ateliers philosophiques de Jérôme Lecoq , j’ai eu envie d’aller plus loin et de me lancer dans une séance individuelle pour « faire le tour du propriétaire », comprendre mon mode de fonctionnement intellectuel et relationnel, sous la conduite de Jérôme. Je n’ai pas été déçue !

Comment se déroule ce coaching philosophique ?

Vous apportez juste une question qui n’a pour rôle que de servir de support au déroulement de la pensée. Il n’est aucunement question de parler de soi, de sa situation personnelle, de ses états d’âme. Il s’agit juste de préciser sa pensée en répondant aux questions posées. Et pourtant, vous terminez la séance avec un diagnostic personnel aussi limpide que sans appel !

« Intellectuellement », la démarche tient ses promesses :

Il s’agit d’une mise à l’épreuve de ses idées sans concession.

Un travail de sculpteur : ôter tout le superflu pour en venir à l’essentiel.

Pas question de souffrir les moindres digressions ou échappatoires (d’aucuns diraient « tout enfumage ») 

  • Jérôme : L’inconnu, ça vous fait peur ou ça vous met en joie ?
  • Monique : D’une manière générale, j’aime bien le changement, mais concrètement, je….

Jérôme m’arrête net
  • Jérôme :Je ne vous parle pas de changement, je vous parle d’inconnu. Vous aimez ou pas ?

Il ne me lâchera pas !

Terriblement exigeant mais aussi terriblement efficace pour aller à l’essentiel. J’en avais déjà fait l’expérience lors d’un stage d’une semaine dans le désert avec des art-thérapeutes et des touaregs. Lorsqu’il nous avait été demandé le dernier jour de dire en une phrase, deux au maximum, ce que nous retenions de ces 8 jours.

Hors de question de débattre.

Pas question d’expliquer pour justifier ce que vous avez dit (« dit, c’est dit » !), pas question de se raconter comme chez un psy, il s’agit juste (doux euphémisme) d’une mise à l’épreuve intellectuelle. Il est question d’apprendre à penser et le chemin est rude car que de nœuds s’est-on fait dans le cerveau !

L’on va aussi « piéger » quelques présupposés

Chaque affirmation repose bien, souvent sur des croyances, plus ou moins fondées, dont on n’a aucune conscience et ces présupposés, allant pourtant tellement de soi à nos yeux, vont être mis à mal. Pourtant, à première vue, il s’agissait juste de répondre à la question que votre imprudent/innocent mot prononcé a suscitée. Rigueur et authenticité exigées.

  • Jérôme : Qu’est qui pose problème à toujours avancer. C’est quoi le problème ?
  • Monique : La fatigue
  • Jérôme : Oui effectivement. Vous êtes fatiguée ?
  • Monique :  Non
  • Jérôme : Alors ce n’est pas ça le problème ; c’est quoi le problème de tout le temps vouloir avancer ?
  • Monique : Silence
  • Jérôme : Vous voyez le problème ?
  • Monique : Non, je ne le vois pas. Mais je reconnais que j’ai toujours fonctionné comme ça, je…
  • Jérôme : Ce n’est pas ce que je vous demande. C’est quoi le problème ?

Retour à la case départ !

La démarche ne pardonne pas ! J’avais rarement expérimenté à ce point le bien-fondé de la remarque d’Antoine de Saint-Exupéry : « La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer.»

Nous sommes loin des cours de philo

Nous sommes loin des écrits philosophiques auxquels, je l’avoue, je ne comprends pas souvent grand ’chose : cela fait trop mal à la tête comme disent mes petites filles franco-thaïes. Et voilà que, tout à coup, les pensées philosophiques deviennent accessibles !

Exemple :
 
Je me suis, à un moment, trouvée face à mes contradictions : au moment même où j’affirme une de mes vérités, mon comportement est en totale contradiction avec cette affirmation. Quand Jérôme me le fait remarquer avec ses mots, je comprends (trop bien...) ce dont il s’agit.

Quand il ajoute que les philosophes nomment cet état de fait « une contradiction performative », j’ai appris un « gros mot » de plus. Là où cela se gâtera, c’est lorsque je voudrais en savoir plus (merci Google) sur cette fichue « contradiction performative ». Car là, plus rien ne va : je n’y comprends plus rien !

Forcément, moi, j’appelle ça « se faire prendre la main dans le sac ». La marche est trop haute, il me faut un coach philosophe pour traduire la noble parole philosophique en des termes accessibles pour moi !

Le plus surprenant reste tout de même à venir : sans rien avoir dévoilé de votre vie, de votre passé, de vos errements, de vos affects, de votre bien ou mal-être, vous repartez avec une vision beaucoup plus claire de vous-même.

Un sérieux pas de fait vers le fameux « connais-toi toi-même » prôné par Socrate

Comment  s’est-il imposé ?  

source : Jean-Marc Berger

Je suis loin d’avoir tout compris, certainement. J’y ai toutefois vu deux « modes opératoires ». Probablement ne s’agit-il que de la partie émergée de l’iceberg, mais comme ils me paraissent utiles et accessibles à tout un chacun, je les partage.

1er mode opératoire : Une exigence de présence et d’attention :

Jérôme : « Monique, je vous perds. Vous êtes avec moi, là ? »

Monique : Non, je réfléchis. Ce n’est pas spontané comme réponse, comme toute question qui dérange …

Jérôme : Essayez de sortir un peu de vous-même. Je vous demande de faire une expérience de pensée. D’un point de vue logique, est ce que vous êtes d’accord que quelqu’un qui est tout le temps en train d’avancer, il va avoir du mal à voir ce qui est juste à côté de lui, ce qui l’entoure.

Monique : silence

Jérôme : On est d’accord ?

et me voilà sommée de répondre sans me mettre à dialoguer avec moi-même, ce qui, à l’évidence, est plus confortable que de dialoguer avec un philosophe ! Surtout lorsque la réponse va tellement de soi qu’il n’est pas question de nier ce qu’elle révèle d’inconfortable pour vous ou qu’elle met au grand jour vos incohérences…

Entre gymnastique du corps, même s’il s’agit du stretching, et gymnastique de l’esprit, la seconde est, pour moi, terriblement plus éprouvante !

2d mode opératoire : une technique de décentrage

L’objectif, au travers de cette technique de décentrage, est de conduire la personne à se distancier par la raison, et l’amener de la sorte à plus de clarté dans sa pensée,

Jérôme : si vous allez au marché, que vous croisez une personne et que vous lui demandez [reprise de votre question initiale], qu’est-ce qu’il va vous répondre ?

Et la réponse devient évidente ! Adopter le point de vue « du tiers commun », de “l’homme de la rue” et non plus le vôtre, vous amène à formuler vous-même à haute et intelligible voix, très spontanément, ce que vous ne pouviez/vouliez entendre ! “

Une technique de “ouf” diraient certains. Et tout cela dans une atmosphère bienveillante que rien ne vient altérer.

Vous voulez en savoir plus ? expérimenter peut-être ?

Bon voyage intérieur !

Covid 19 – ce que l’on sait de l’après crise

L’incertitude sera notre seule certitude

Covid 19, ce que l'on sait de l'après crise

Quelles prévisions fiables pour l’avenir ? AUCUNE !

A la lecture des pronostics des uns et des autres – entre retour au monde d’avant, “voire même en pire » et naissance d’un monde nouveau car « plus rien ne sera comme avant » – chacun de nous a le choix de ses croyances. Le classique « biais de confirmation » à l’œuvre chez chacun autorise à croire aussi bien à tout qu’à son contraire : tout dépend de ses convictions antérieures. Notre attention est sélective : les informations allant dans le sens de ses propres convictions seront privilégiées, voire recherchées, quand celles qui leur sont contraires sont ignorées ou sous-estimées.

Sommes-nous face à une donne provisoire et nous reviendrons à ce qui prévalait avant la pandémie ou le paysage économique et social va-t-il s’en trouver significativement modifié ?  La vérité est – c’est ma croyance – que personne n’en sait rien.

La seule attitude réaliste est d’admettre l’imprévisible plutôt que tenter de le prévoir et d’accepter l’incertitude.

Ce que l’on peut dès à présent retenir ?

  1. L’incertitude devenue notre quotidien, il est inutile de raisonner par analogie avec ce qui est connu.
  2. L’imprévisible rend toute planification impossible. Les plans ne servent à rien. En revanche, raisonner par scénarios a une grande utilité. Non pas que l’un des scénarios soit pertinent, mais en ce que les avoir envisagés a permis un « entrainement » de l’esprit à identifier les variables pouvant agir, à faire des liens entre plusieurs données ou caractéristiques, à développer des approches systémiques. Toutes choses qui, d’ores et déjà apprivoisées lorsque le futur deviendra le présent, permettront de gagner en rapidité et en pertinence d’adaptation, rendront plus agiles face à la surprise de demain.
  3. Le plus sage est de « se muscler », de croire en ses ressources et ses forces, et de les développer.

La réalité étant ce qu’elle est, n’est-il pas plus judicieux :

  • d’apprendre à vivre pleinement le moment présent sans vouloir à tout prix contrôler l’avenir ? Montaigne ne nous y incitait-il pas déjà en partageant ce constat : “ ma vie a été pleine de terribles malheurs dont la plupart ne se sont jamais produits “.
  • de croire en nos capacités d’adaptation et nos possibilités de résilience pour nourrir l’espoir et ne pas céder à la peur.

En attendant ce que l’avenir nous réserve, tirer parti du présent

Je suggère de suivre le conseil que nous donne Edgar Morin : dans un avenir incertain, essayer de naviguer, trouver une voie, une perspective. L’enjeu est d’espérer.

  • A titre individuel, c’est tirer parti du ralentissement, l’arrêt de la course à la vitesse que le coronavirus nous impose pour prendre le temps de redéfinir ses priorités. Après quoi courrons-nous ?
  • Au niveau collectif, c’est considérer, comme nous le propose le Président allemand, Franck Walter Steinmeier, que le COVID19 n’est pas un ennemi contre lequel nous sommes en guerre, mais un test de notre humanité. En nous obligeant à arrêter une course folle, il nous donne l’occasion de redécouvrir les priorités de la vie humaine en société.

Et pour finir sur une note positive

Je vous propose :

  • le TEDEx de Yannick Roudaut, prospectiviste et ancien spécialiste des marchés financiers. Il y dresse un parallèle entre la Renaissance et l’époque actuelle et termine sur une proposition de nouvelle controverse et de son organisation (à 11’13). (Merci à Neocamino de me l’avoir fait connaître)
  • Et de faire confiance à Friedrich Hölderlin «  “Là où croît le danger, croît aussi ce qui sauve.

Pourquoi le Coronavirus ? ce qu’il nous a d’ores et déjà appris

J’ai la conviction (et vous pouvez ne pas la partager, mais c’est la mienne) que si nous ne tirons pas les leçons de l’épisode du Coronavirus, une autre crise surviendra, plus grave et ce jusqu’à ce que nous en tirions les leçons. A moins que nous ne préférions voir notre espèce disparaître. Nous ne serions pas la première.

Deux leçons de vie irréfutables

Il est deux leçons que nous pouvons continuer à ignorer, mais qui, dès le début de la pandémie, se sont imposées, irréfutables : nous sommes tous interdépendants et du sort des uns dépend le sort des autres.

L’interdépendance de tous rendue palpable

Nous serions certainement bien avisés d’entendre cette leçon que le coronavirus nous assène sans nous laisser la possibilité de la nier. Le coronavirus, ce minuscule virus, nous apprend ce que tous les spécialistes de la complexité nous enseignent depuis des années et des années, sans que nous en tirions les conséquences : l’interdépendance !

Pourquoi le Coronavirus, ce qu'il nous a d'ores et déjà appris

notre interdépendance, en image

(carte en date de juillet 2020 – source : Wikipedia)

La coopération rendue incontournable pour en sortir

« Le monde que nous avons créé est le résultat de notre niveau de réflexion, mais les problèmes qu’il engendre ne sauraient être résolus à ce même niveau ». ( Einstein )

Ce sur quoi cet apprentissage pourrait/devrait déboucher : l’abandon des relations de pouvoir (« je gagne, tu perds ») au profit de la coopération (« nous gagnons ensemble ou nous perdons ensemble aussi ») en raison de l’interdépendance dans laquelle nous nous sommes placés.

Ce que le coronavirus peut aussi venir guérir

Guillaume Lemonde, médecin et chercheur, nous propose, lui, de réfléchir autrement, et nous livre, en alternative, une analyse de ce que vient réveiller le coronavirus, ce qu’il vient essayer de guérir en ralentissant de la sorte l’économie mondiale.

Poser cette question, c’est ouvrir le champ des possibles, c’est nous inciter à réfléchir au-delà du moment présent.

Et si le coronavirus était venu pour guérir nos peurs et nous inciter, individuellement à vivre vraiment et, collectivement, à changer de voie ?

au niveau individuel : guérir de nos peurs pour nous permettre de vivre vraiment.

Guillaume Lemonde nous propose un parallèle avec la maladie physique :

« Loin d’être une ouverture, la mondialisation constitue un enfermement dans l’horizon que l’on connait et que l’on exporte au point d’envahir celui des autres. Tel un virus ayant besoin des ressources d’une cellule hôte pour se multiplier …un virus tourne à son profit la vitalité d’une cellule hôte,qui meurt après son passage. Nous sommes en train de faire ça avec la planète entière.

Chaque maladie survient en proposant un contrepoids à un déséquilibre sous-jacent. En déséquilibrant l’ensemble dans l’autre sens, la maladie permet de s’approcher de l’équilibre. Par exemple, si vous avez attrapé froid, peut-être aurez-vous une fièvre. La fièvre est une manifestation pathologique, mais également une tentative de guérison de l’excès de froid vécu avant.

Alors, il est intéressant de se demander ce que le virus vient essayer de guérir en ralentissant de la sorte l’économie mondiale.

Et Guillaume Lemonde de conclure : ce virus est venu réveiller des peurs, mais ces peurs ne sont le fait du virus. Il est juste venu réveiller des peurs déjà là : la peur de l’autre , la peur de l’inconnu, le manque de confiance en l’avenir, etc… la peur de la vie !

En savoir plus sur cette approche peu académique : https://saluto.fr/coronavirus-et-mondialisation/

Maintenant imaginez que la vie ne soit qu'un long fleuve très tranquille, complètement sécurisé et  sans la moindre surprise car tout serait "bordé". Une vie sans le moindre grain de sel pour la pimenter. Vous achetez ?

au niveau collectif, nous inciter à changer de voie

Des voix s’élèvent en ce sens, notamment celle d’Edgar Morin, dans son dernier ouvrage : Changeons de voie.

Le CIRIEC (Centre International de Recherches et d’Information sur l’Economie Publique, Sociale et Coopérative), de son côté, qualifie cette crise de structurelle et non conjoncturelle (simple contrecoup du confinement), considérant que “le capitalisme est dans une impasse économique” (pages 9 à 11). Le coronavirus aurait le mérite de mettre en évidence cette impasse pour nous inciter à “introduire un temps de rupture fait de réflexions sur le sens à donner à l’activité humaine et la place de l’économie dans nos vies “.

Le Coronavirus, un mal pour un bien ?

Mes vœux 2020

Pour aborder cette nouvelle année, j’ai eu envie, en guise de vœux, de nous offrir 8 minutes hors du temps.

8 minutes de contemplation, d’émerveillement pendant lesquelles, peut-être même, retiendrez-vous votre souffle.
8 minutes de temps retrouvé où seul le moment présent compte.

Une prouesse de l'artiste : équilibre et concentration poussés à l'extrême
Miyoko Shida Rigolo

Je vous souhaite beaucoup de vivre beaucoup de ces minutes tout au long de l’année 2020.

Vous pouvez aussi prolonger ce moment en regardant la vidéo qui accompagne “mes vœux valables toute l’année”.
Ils datent de 2017, mais se prêtent, eux aussi, à être regardés à tout moment. Pour s’offrir un temps de déconnexion avec l’agitation de ce monde et renouer avec notre humanité.

Pourquoi se limiter à l’exploration du passé pour comprendre le présent ?

Vous viendrait-il à l’idée de conduire en passant plus de
temps à regarder dans votre rétroviseur qu’à regarder la route devant
vous ?
Et c’est pourtant ce que nous faisons dès qu’il s’agit de
la conduite de notre vie !

Le passé pour éclairer le présent : une lanterne dans le dos …

Formés que nous sommes à penser de manière analytique, à rechercher les liens linéaires entre causes et effets, nous nous tournons toujours vers le passé pour comprendre le présent, surtout quand ce présent nous déplaît.

L'arbre des causes : rechercher les causes du présent dans le passé.
Mille et une raisons du passé pour expliquer le présent
et nous imaginons un futur prévisible à la lumière du passé.

Mais si, ce passé, responsable du présent certes, avait une raison d’être se trouvant dans le futur ?

alors, c’est au regard de l’avenir que le présent trouverait sa véritable cause, sa raison d’être

Le présent, juste une école de vie …

J’en avais l’intuition quand, face à l’adversité, il me semblait, la réalité étant la réalité, que la seule réflexion digne d’intérêt était : « Que dois-je apprendre de ce qui m’arrive ? ». Ne pas m’attarder sur le passé – il est joué -, sinon pour en tirer quelques leçons, « la substantifique moelle » ?

C’est ce que nous propose le Dr Guillaume Lemonde avec la démarche qu’il a  développée : comprendre ce qui nous arrive à la lumière de ce que nous avons à apprendre au cours de notre vie. Les circonstances, ce qui nous apparaît comme les causes de ce qui nous arrive, ont le rôle qu’a au théâtre le décor. Le décor n’est là que pour supporter le jeu de l’acteur.

De la même manière, les circonstances du passé ne sont là que pour nous permettre d’expérimenter, de comprendre, de changer notre regard, d’aller vers plus de lumière.

Le présent est-il obligatoirement le résultat du passé

Il me semble que le « Comment » en suis-je arrivé là est secondaire. Le plus important est plutôt « Pour Quoi » en suis-je arrivé là ?  – et non Pourquoi en suis-je arrivé là – Qu’ai-je à apprendre de cette expérience de vie ? 

Apprendre de la Vie
La Vie est un si bon prof. que si tu n’apprends pas la leçon, elle te la répète !

Face à ce qui nous arrive, oublier le « A cause de Quoi ? »  et s’intéresser au « Pour Quoi ? », à ce que nous avons à y apprendre, à la ressource qui nous fait défaut et nous rend victime de notre passé.

Une vraie innovation de rupture !

Un boulevard pour en finir avec nos peurs, nos doutes et… nos croyances. Une vraie innovation de rupture dans la conduite de nos vies : passer de la recherche des causes à celle de la raison d’être.