Pourquoi certains sont débordés quand d’autres ont toujours le temps ?

Où est le loup ?

Gérer son temps et ses priorités : où est le loup ?
Illustration de l’album « Un jeune loup bien éduqué » par Matthieu Maudet

 

Je suis toujours débordée ; mon mari et l’un de mes fils ont toujours le temps… c’est comme cela depuis toujours et nous nous y sommes tous faits.

Comme si les journées ne faisaient pas 24 heures pour tout le monde. 

Ne pas avoir suivi de stages sur la gestion du temps ? Ne pas en avoir assimilé le contenu, compris de quelle manière gérer son temps et ses priorités ?

 Leçon n°1 : le mode opératoire de l’un de mes fils pour ne pas être débordé.

Avant de faire quoi que ce soit, se poser deux questions :

Question 1 : est-ce vraiment nécessaire ? La réponse est « non », passons notre chemin. La réponse est « oui », aller à la question 2.

Question 2 : quelqu’un d’autre peut-il faire pour moi ? La réponse est oui, je « délègue » (et je suis bien placée pour le savoir…). La réponse est non, alors la mort dans l’âme, je fais ! et je dois lui reconnaître un art consommé de « faire plus avec moins » et une grande efficacité.

Ça marche !

Mais qu’est-ce que j’attends donc ?
  • De faire taire une petite voix héritée de l’enfance : « sois parfait », « sois fort » (moi ? demander de l’aide ?). Je crois que je peux le faire ; j’ai même expliqué comment faire taire cette petite voix dans mon premier ouvrage « Et si on décidait d’être heureux, même au travail ! » , au chapitre « cultivez la confiance en soi ».
Gérer son temps et ses priorités : assurer la fonctionnalité, sans plus !
Cette clôture thaïlandaise, par exemple, est-elle parfaite ? Non. Mais elle rend parfaitement le service attendu et elle permet même d’y « ranger » les casques de moto !
  • Serais-je à la recherche d’un cautère à mettre sur une jambe de bois, en l’occurrence de « vouloir donner une image de professionnalisme, d’importance, de dynamisme voire d’efficacité », révélatrices de « comportements bien moins   valorisants » ? Comme le pointe Caroline Carlicchi dans son blog.

Comme le pointe Caroline Carlicchi dans son blog : "coaching-go"

Je ne le crois pas, tant paraître autre chose que ce que je suis m’est étranger et le souci de l’image que je donne n’est pas vraiment ma préoccupation.

Alors, pourquoi ?

Voyons si, du côté de mon mari, la récolte sera plus abondante.

Leçon n°2 : le mode opératoire de mon mari pour avoir toujours le temps, être en permanence disponible.

1. Partir d’une vision et des points clés pour y parvenir = ne pas s’inquiéter des détails ;

Déléguer sans compter (de qui tient donc son fils ?), refuser de faire « à la place de », ou « parce qu’on le lui a demandé » (mes fils le savent fort bien et devinez à qui ils demandent toujours et à qui ils ne demandent quasiment jamais…), pour ne se consacrer qu’à ce qui justifie sa fonction. Autrement dit se comporter en chef de projet : fixer le cap, donner envie aux membres de l’équipe-projet de contribuer, préciser les jalons, vérifier la tenue du plan de marche, coordonner et guider les équipiers.

Photo tirée du blog d’Eric Hubler reprenant les 8 leçons de leadership d'Hugh Wolff.
Photo tirée du blog d’Eric Hubler reprenant les 8 leçons de leadership d’Hugh Wolff.

2. Considérer que « le verbe est exécutoire » pour reprendre l’expression d’un des collaborateurs d’un dirigeant de mes clients ; aux honorables « délégués », maîtres de leur processus, de veiller à cette opérabilité !

Photo tirée du site de ComeXium Consulting.
Photo tirée du site de ComeXium Consulting.

3. Ne passer que très peu de temps à son bureau : se rendre là où les choses se passent, sur le terrain et bannir les rapports multiples et variés au profit d’une brève présentation orale des dossiers par les intéressés.

Source : blog enova-tech.net
Source : blog enova-tech.net

4. Et… n’avoir besoin que de peu de sommeil !

Elémentaire, mon cher Watson !

 

Sauf que, pour moi, ça ne marche pas…

6a017c35812c82970b01b7c7c6bfd1970b-800wi1. Refuser de « faire à la place de » quand les choses n’avancent pas, pour une personne dont un des traits de personnalité primaire (ceux qui sont innés) est d’être un « faiseur » (là encore je dois à un de mes clients d’avoir fait de ce terme la dénomination d’une compétence), c’est presque mission impossible tant cela le démange et le statu quo le met mal à l’aise ;

 

6a017c35812c82970b01b7c7c6bf82970b-800wi6a017c35812c82970b01b8d150adcc970c-800wi
2. Ne pas venir en aide à une personne que je côtoie et qui se trouve dans la misère, quand je le peux, m’est difficile ;
Tant je suis convaincue et ressens que nous sommes tous en lien.

Ce qui limite beaucoup la portée du deuxième précepte: « considérer que le verbe est exécutoire » sans autre forme de procès.

3.  Passer peu de temps au bureau ?

6a017c35812c82970b01b7c7c6bf9f970b-800wi

Possible, surtout si l’on a réussi à limiter au strict nécessaire tant les rapports que le travail des administratifs et à ne pas faire à leur place ;

Là, j’ai plus de succès.

6a017c35812c82970b01b8d150ad22970c-800wi

 

4. Quand à dormir moins, c’est, pour moi, la garantie d’une totale inefficacité dans la journée qui suit

Alors, j’ai toujours plus à faire que je ne peux en faire…

Savoir gérer son temps et ses priorités : suis-je condamnée à en faire mon deuil ?

Et vous ?

Comment faites-vous pour ne pas avoir à faire loger un litre et demi dans un litre ?

Gestion du temps et des priorités
Faire loger 1,5 litre dans 1 litre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *