Bien vivre son travail : votre job et vous, où en êtes-vous ?

Notre travail occupe une part importante de notre temps. Faut-il absolument se résigner à le subir ? Bien vivre son travail ne peut-il être un objectif majeur, même si cela suppose que l’on y investisse de son temps et de son énergie, tout comme, pour récolter fruits et légumes, il est nécessaire de  cultiver son jardin.

6a017c35812c82970b01a51037f275970c-800wi 6a017c35812c82970b01a3fb8828bc970b-800wi 6a017c35812c82970b01a51037f943970c-800wi 6a017c35812c82970b019b0414ba3c970d-800wi

Un moment pour regarder où vous en êtes ?

Auto-évaluation minute

Répondez le plus spontanément possible à la question suivante :

 » Dans l’exercice de votre activité professionnelle, parmi les 8 réactions décrites dans le tableau ci-dessous, quelle est celle qui correspond le mieux à votre quotidien, celle que vous vivez le plus souvent ? »

UNE SEULE RÉPONSE POSSIBLE, LA RÉACTION QUI EST LE PLUS SOUVENT LA VÔTRE

Bien vivre son travail : votre métier vous convient-il ? ?

Notez le n° correspondant à votre situation la plus fréquente. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 ou 8. Dans tous les cas, votre réponse est juste.

Que cache votre réponse ?

Non pas une analyse rationnelle de votre situation professionnelle comme peut-être vous le pensez,

mais l’émotion qui, à ce moment de votre vie professionnelle, vous habite le plus souvent lorsque vous êtes au travail

Votre ressenti au travail ?

Entendez par « énergie », l’état de « flow » décrit par Mihaly Csikszentmihalyi, le spécialiste en la matière, comme  « le plaisir que l’on ressent lorsque l’on réalise quelque chose qui est parfaitement en harmonie avec nous-mêmes, que ce soit dans les loisirs, les relations avec autrui ou au travail ». En état de flow, la personne est complètement absorbée par ce qu’elle réalise (ni ennui, ni anxiété), n’a plus conscience du temps, éprouve un sentiment de bien-être.»

Bien évidemment c’est l’état le plus souhaitable, plus souvent rêvé que réel. Mais il mérite d’être gardé en ligne de mire et justifie des efforts à fournir pour s’en approcher le plus souvent possible. Nous serons payés de notre peine, c’est une certitude.

Que faire pour connaître le « flow » au travail ?

Tout dépend de l’état dans lequel nous nous trouvons ; mais le chemin à parcourir est connu.

Pour en savoir plus :  reportez-vous à la note Que faire de votre météo professionnelle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *